Retour au pays après un épisode migratoire

English

Le présent document est une mise à jour du COI Focus daté du 9 janvier 2020 qui a pour titre Salvador. Retour au pays des ressortissants. Il s’intéresse à la situation des Salvadoriens rentrés au pays de façon volontaire ou sous la contrainte entre le 1er janvier 2015 et le 8 décembre 2020.

La recherche a été clôturée le 8 décembre 2020.

D’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), le Salvador représente en 2019 à l’échelle mondiale la septième nationalité d’origine de demandeurs de protection internationale. Le manque d’opportunités économiques est le principal motif d’émigration invoqué par les ressortissants qui prennent le plus souvent la direction du Mexique et des Etats-Unis. Le flux vers les Etats-Unis s’est ralenti depuis 2009 d’abord en raison de la constance des expulsions et ensuite à cause de politiques visant à dissuader de migrer et de demander une protection internationale. Le flux de retour depuis l’étranger a augmenté de 20.538 en 2016 à 37.316 en 2019. Depuis la Belgique, entre 2015 et le 30 novembre 2020, 130 retours volontaires ont eu lieu, mais aucun retour forcé n’a été opéré.

L’Etat a élaboré un vaste cadre institutionnel et juridique pour faciliter le processus de réinsertion, auquel appartiennent les lois spéciales relatives d’une part à la protection et au développement de la personne migrante et de sa famille (2011) et d’autre part aux migrations (2019) ainsi que diverses institutions dont la Direction de l’assistance aux migrants (Dirección de Atención al Migrante, DAMI), le Centre d’assistance au migrant salvadorien (Centro de Atención al Migrante), le Conseil national pour la protection et le développement de la personne migrante et de sa famille (Consejo Nacional para la Proteccion y Desarrollo de la Persona Migrante y su Familia, CONMIGRANTES). La politique de réintégration du Salvador envers ses migrants est saluée par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), mais d’autres observateurs relaient un manque de suivi, une coordination interinstitutionnelle améliorable et un nombre de bénéficiaires largement insuffisant.

La société civile compte plusieurs initiatives de soutien au retour, parmi lesquelles figurent la certification des compétences, l’accompagnement dans le recrutement et la concertation intersectorielle. De telles initiatives sont mises en œuvre notamment par l'Association salvadorienne des rapatriés (Alianza de Salvadoreños Retornados, ALSARE) et l’Institut salvadorien du migrant (Instituto Salvadoreño del Migrante, INSAMI).

L’OIM, l’UNHCR et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) oeuvrent pour l’intégration professionnelle et le soutien psychosocial des migrants de retour. L’OIM fournit en cas de retour volontaire une assistance en matière de logement, d’entrepreneuriat, de santé et autres. En cas de retour forcé, son soutien consiste en des interventions au niveau de la communauté : rénovation d’infrastructures, renforcement de la gouvernance locale et de leaders sociaux, implémentation d’activités de cohésion sociale.

Il n’existe pas de mécanisme de suivi systématique relatif à la sécurité des Salvadoriens expulsés.

Pour rappel, 99,6% des rapatriés proviennent des Etats-Unis et du Mexique en 2020. C’est ce contexte spécifique qu’examinent les sources. Selon elles, des rapatriés ont fait l’objet de meurtres, d’extorsion, de menaces, de violences de genre, d’(auto-) confinement, de déplacement, de stigmatisation/discrimination, de harcèlement policier, de disparitions, de séparations des familles ou encore de recrutements forcés.

S’agissant de l’éventuel impact d’antécédents migratoires sur la situation au retour, les différents interlocuteurs consultés s’accordent, à quelques nuances près, pour dire qu’un épisode migratoire n’engendre pas à lui seul un risque d’insécurité au retour. D’après plusieurs d’entre eux, la situation au retour dépend fortement des circonstances préalables au départ.

Policy

The policy implemented by the Commissioner General is based on a thorough analysis of accurate and up-to-date information on the general situation in the country of origin. This information is collated in a professional manner from various, objective sources, including the EASO, the UNHCR, relevant international human rights organisations, non-governmental organisations, professional literature and coverage in the media. When determining policy, the Commissioner General does not only examine the COI Focuses written by Cedoca and published on this website, as these deal with just one aspect of the general situation in the country of origin. The fact that a COI Focus could be out-of-date does not mean that the policy that is being implemented by the Commissioner General is no longer up-to-date.

When assessing an application for asylum, the Commissioner General not only considers the actual situation in the country of origin at the moment of decision-making, he also takes into account the individual situation and personal circumstances of the applicant for international protection. Every asylum application is examined individually. An applicant must comprehensively demonstrate that he has a well-founded fear of persecution or that there is a clear personal risk of serious harm. He cannot, therefore, simply refer back to the general conditions in his country, but must also present concrete, credible and personal facts.

There is no policy paper for this country available on the website.

Land: 
EL Salvador

New address CGRS