Hotspots en vue d’une relocalisation : le CGRA envoie des experts

Hotspots en Italie et en Grèce : le CGRA envoie des experts

L’Union européenne est actuellement confrontée à une vague de migration sans précédent. Début octobre, le nombre de migrants arrivés par la Mer Méditerranée en 2015 s’élevait à 575.000, dont près de 450.000 rien qu’en Grèce. Pratiquement tous ces migrants poursuivent leur voyage vers d’autres pays de l’Union européenne, principalement l’Allemagne et la Suède, mais également l’Autriche, les Pays-Bas, la Finlande ainsi que la Belgique. Depuis l’été 2015, tous ces pays connaissent une croissance exponentielle du nombre de demandeurs d’asile. En janvier 2015, il y avait environ 66.000 demandes d’asile pour l’ensemble de l’Union européenne, en juillet, il y en avait près de 120.000, et leur nombre n’a fait qu’augmenter au mois d’août et de septembre.

La Belgique a ainsi enregistré 5.512 demandes d’asile en septembre 2015, soit une augmentation de plus de 300 % par rapport à janvier 2015.

Que fait l’Union européenne ?

Depuis le début de la crise, au printemps, l’Union européenne a pris un nombre inédit de décisions et de propositions. L’Agenda européen en matière de migration du 13 mai 2015 comporte un large éventail de mesures destinées à lutter contre la crise, tant à court et à moyen terme qu’à long terme.

Relocalisation

L’une des principales actions que prévoit l’Agenda européen en matière de migration est le soutien à la Grèce et à l’Italie grâce à la relocalisation de demandeurs d’asile. Sur une période de deux années, un total de 160.000 demandeurs d’asile ayant de grandes chances d’être reconnus comme réfugiés seront accueillis par d’autres États membres de l’UE. Il s’agit, concrètement, de Syriens, d’Érythréens et d’Irakiens. Cette relocalisation s’effectuera conformément à une clé de répartition fixe. Le nombre de demandeurs d’asile prévus pour la Belgique s’élève jusqu’ici à 3.794.

Hotspots

Le Bureau européen d’appui en matière d’asile (BEAA – EASO) joue un rôle crucial dans la mise en œuvre du mécanisme de relocalisation en Grèce et en Italie, principalement au niveau des hotspots. Au sein de ceux-ci, différentes agences de l’UE (EASO, Frontex et Europol) collaborent avec les autorités nationales afin d’enregistrer les demandeurs d’asile, de les informer et éventuellement de les sélectionner en vue d’une relocalisation dans un autre État membre de l’UE.

Que fait le CGRA ?

Le CGRA prend ses responsabilités et participe activement à la phase de démarrage des hotspots en vue de l’exécution du programme de relocalisation de l’Union européenne.

Une experte du CGRA est partie le 27 septembre 2015 à destination de la Sicile. Elle travaille avec des agents italiens et des collègues provenant d’autres États membres de l’UE dans un hotspot installé à proximité d’Agrigento, où arrivent les ferrys qui amènent les demandeurs d’asile en provenance de Lampedusa. Les tâches de cette équipe consistent essentiellement à enregistrer les demandeurs d’asile et à les informer quant à une éventuelle relocalisation dans un autre pays de l’Union européenne.

Le CGRA a également proposé un second expert à l’EASO pour aller prêter main-forte, encore cette année, à l’Italie ou à la Grèce dans le cadre des hotspots.

 

16 Octobre 2015
Nouvelle adresse CGRA