Statistiques d’asile – bilan 2015

« Le nombre de demandes d’asile introduites en Belgique en 2015 a doublé par rapport à l’année passée », déclare Dirk Van den Bulck, le commissaire général aux réfugiés et aux apatrides. « En 2015, le CGRA a décidé dans plus de la moitié des demandes d’asile que le demandeur avait effectivement besoin d’une protection ». Étant donné qu’un grand nombre de demandeurs d’asile provenaient d’une zone de conflit, le taux de protection a atteint un niveau sans précédent.

  • 1. 35.476 demandes d’asile en 2015

En 2015, l’Office des étrangers (OE) a enregistré 35.476 demandes d’asile, soit 106,1 % de plus qu’en 2014. C’est surtout durant la seconde moitié de 2015 que le nombre de demandeurs d’asile a connu une forte hausse. La plupart des demandeurs d’asile proviennent de zones où sévissent des conflits. Les principaux pays d’origine sont l’Irak (21,8 % des demandeurs), la Syrie (21,3 %) et l’Afghanistan (20 %).

Il est à noter que de plus en plus de Syriens ont demandé l’asile en Belgique en 2015. En janvier, le nombre de demandes d’asile introduites par des Syriens était de 167, contre 718 au mois de décembre. En ce qui concerne les Irakiens, le nombre des demandes a été particulièrement élevé en août et en septembre (respectivement 2.167 et 2.207 demandes), avant d’amorcer une baisse. À partir du mois d’octobre, une nette augmentation du nombre de demandeurs d’asile Afghans a également été constatée (jusqu’à 1.955 demandes d’asile au mois de décembre).

Par ailleurs, un nombre accru de mineurs non accompagnés ont demandé l’asile en 2015, pour un total de 3.919 demandes d’asile individuelles. Ce chiffre correspond au nombre de personnes qui ont déclaré être mineures au moment de la demande d’asile. Après examen de détermination de l’âge par le service des Tutelles, il s’est avéré qu’un nombre relativement grand de ces demandeurs étaient majeurs au moment de leur demande. Il n’est pas encore possible de préciser combien de personnes étaient effectivement mineures en 2015, parce que les examens de détermination de l’âge ne sont pas encore tous terminés.

  • 2. 60,7 % de décisions positives

En 2015, le CGRA a estimé dans 60,7 % des décisions sur le fond que le demandeur d’asile avait effectivement besoin de protection. Il s’agit au total de 8.122 décisions, pour 10.783 personnes (y compris les enfants mineurs qui accompagnent leurs parents).

  • 50,5 % des décisions étaient des décisions de reconnaissance du statut de réfugié. Ce statut est accordé aux personnes qui ont quitté leur pays d’origine parce qu’elles y étaient persécutées en raison de leur nationalité, race, religion, opinions politiques ou appartenance à un certain groupe social.
  • 10,2 % des décisions étaient des décisions d’octroi du statut de protection subsidiaire à des personnes qui, en cas de retour dans leur pays d’origine, courent un risque réel de subir des atteintes graves.

Le taux de protection de 60,7 % atteint en 2015 représente une augmentation par rapport aux années précédentes (46,8 % de décisions positives en 2014 et 29,4 % en 2013). Ces pourcentages concernent le nombre de décisions sur le fond, à l’exclusion des décisions de prise en considération ou de refus de prise en considération d’une demande d’asile multiple. Si l’on prend également en compte les décisions relatives à des demandes multiples, le taux de reconnaissance était de 52,5 % en 2015.

  • 3. Pays d’origine

Le taux élevé de reconnaissance s’explique par le fait que la plupart des demandeurs d’asile en Belgique viennent à présent de pays en proie à des conflits armés ou une guerre, alors que par le passé, de nombreux demandeurs venaient des Balkans occidentaux.

Syrie

Le CGRA considère que la situation en Syrie est très problématique sur le plan de la sécurité et des droits de l’homme. Il est évident que de nombreux Syriens ont besoin d’une protection internationale. En 2015, le CGRA a accordé un statut de protection à presque tous (97,64 %) les demandeurs syriens: 2.443 décisions de reconnaissance du statut de réfugié et 283 décisions d’octroi de la protection subsidiaire (nombre total des décisions sur le fond concernant la Syrie : 2.792).

Afghanistan

Le CGRA considère que la situation en Afghanistan reste problématique. En 2015,  77,3 % de demandeurs afghans ont reçu un statut de protection : 474 décisions de reconnaissance du statut de réfugié et 378 décisions d’octroi de la protection subsidiaire (nombre total des décisions sur le fond concernant l’Afghanistan : 1.025). La situation en Afghanistan n’est toutefois pas de nature telle que tout Afghan ait besoin d’une protection internationale.

Irak

En 2015, le CGRA a pris 527 décisions de reconnaissance du statut de réfugié et 286 décisions d’octroi du statut de protection subsidiaire dans des dossiers irakiens (pour un nombre total de 1.126 décisions concernant l’Irak). Le CGRA a donc accordé un statut de protection dans 72,2 % des dossiers d’asile irakiens. En Irak également, la situation n’est pas de nature telle que toute personne originaire de ce pays puisse prétendre à un statut de protection. Pour les Irakiens venant de Bagdad notamment, le CGRA vérifie la réalité du besoin de protection.

  • 4. Nouveaux effectifs et défis

Face à la hausse continue du nombre des demandes d’asile, le gouvernement a accordé des moyens supplémentaires au CGRA pour le recrutement de 120 nouveaux collaborateurs. Une partie d’entre eux est entrée en fonctions au cours du deuxième semestre de 2015. Après une formation approfondie, ils seront opérationnels en 2016.

Le CGRA poursuit par ailleurs ses efforts en matière d’efficacité. Les mesures mises en œuvre en interne et l’augmentation des effectifs devraient permettre d’arriver dans les mois qui viennent à une moyenne mensuelle de 2.500 décisions.

Au début de 2015, la charge de travail du CGRA était de 5.589 dossiers d’asile. Fin 2015, elle atteignait  11.305 dossiers, pour un volume normal de  4.500 dossiers. Compte tenu du nombre actuel de demandes, la charge de travail continuera d’augmenter. Des effectifs supplémentaires  seront donc encore nécessaires pour résorber l’arriéré et absorber l’afflux actuel.

Les statistiques de l’année 2015 sont disponibles sur http://www.cgra.be/fr/chiffres

 

.

07 Janvier 2016
Nouvelle adresse CGRA