Déroulement de l’audition

L’officier de protection auditionne chaque demandeur d’asile séparément. L’audition se déroule de manière professionnelle et dans le calme. Elle peut durer jusqu’à 4 heures. Une pause au moins est prévue.

But et déroulement de l’audition

Au début de l’audition, l’officier de protection explique le but et le déroulement de l’audition :

  • les déclarations du demandeur d’asile demeurent confidentielles
  • l’interprète est neutre et soumis au secret professionnel.

Durant l’audition, le demandeur d’asile doit dire la vérité et faire tout ce qui est possible afin de prouver son identité, son origine, son itinéraire ainsi que les faits invoqués. L’officier de protection pose notamment des questions sur l’identité du demandeur d’asile, la « nature » des persécutions, les raisons de ces persécutions, les « acteurs » de la persécution, la crainte en cas de retour ainsi que les éléments de preuve. Il s’agit des documents que le demandeur dépose lors de sa demande d’asile comme preuve de son identité ou de ses motifs d’asile.

À la fin de l’audition, l’officier de protection demande au demandeur d’asile et à l’avocat, au tuteur ou à la personne de confiance, s’ils souhaitent encore préciser quelque chose.

La présence des enfants

Les enfants de plus d’un an peuvent distraire le parent qui est en audition. Afin que l’audition se déroule dans des conditions optimales pour le demandeur d’asile, il est déconseillé d’emmener les enfants à l’audition :

  • le demandeur d’asile risque d’être moins concentré ou d’être gêné dans ses déclarations du fait de la présence de l’enfant
  • l’enfant risque d’entendre des histoires douloureuses dans un environnement inconnu
  • pour l’interprète, l’avocat ou le tuteur, la présence d’un enfant peut gêner la concentration.

Les parents qui viennent tout de même à l’audition avec leur enfant peuvent s’installer dans la salle d’attente destinée aux familles. Pendant que l’officier de protection interroge un des parents, l’autre surveille l’enfant.

Parents seuls
  • Avant l’audition, le parent informe le CGRA par écrit des jours où l’enfant va à l’école ou en structure d’accueil. Le CGRA en tient compte lors de la planification de l’audition.
  • Si l’enfant ne va pas à l’école ou en structure d’accueil, il est préférable qu’il reste auprès de la famille ou de connaissances au moment de l’audition, ou auprès d’une personne compétente au centre d’accueil.

Si l’enfant accompagne tout de même le parent le jour de l’audition, un membre de la famille ou une connaissance peut le surveiller dans la salle d’attente destinée aux familles.

Le rapport d’audition

L’officier de protection consigne l’ensemble de l’entretien (questions, réponses et problèmes éventuels) dans un rapport d’audition. L’officier de protection ne relit pas le rapport d’audition au demandeur d’asile. Il ne lui en remet pas non plus de copie. L’avocat ou le demandeur d’asile peuvent par contre demander à consulter le dossier d’asile et/ou à en obtenir des copies.