Blood Feuds in contemporary Albania. Characterisation, Prevalence and Response by the State

Français

Le Cedoca a effectué en Albanie une mission de collecte d’informations du 13 au 21 mars 2017. Les informations présentées dans ce rapport ont été obtenues auprès des interlocuteurs rencontrés sur place par le Cedoca et sont complétées par des informations provenant de rapports d’organisations internationales, ainsi que de la littérature spécialisée et de sources d’information en ligne.

Traditionnellement, la vendetta était pratiquée dans certaines régions d’Albanie pendant plus de 500 ans. Ce phénomène était enraciné dans un système socio-culturel connu et accepté par tous les membres des communautés locales dans ces régions.

Ce phénomène a depuis lors subi des transformations qui sont difficiles à définir. Même le Code pénal albanais ne contient aucune définition légale de la vendetta. Néanmoins, les recherches effectuées ont permis d’énumérer dans ce COI Focus un certain nombre de caractéristiques qui sont observées de manière variable dans des affaires contemporaines de vendetta.

Ce COI Focus reprend également les statistiques les plus récentes sur la prévalence de la vendetta en Albanie.

Il détaille en outre les stratégies mises en œuvre par les autorités albanaises pour endiguer le phénomène.

Pour finir, la prévention sera également abordée.

Politique de traitement

La politique définie par le commissaire général se fonde sur une analyse approfondie d’informations récentes et détaillées sur la situation générale dans le pays. Ces informations ont été recueillies de manière professionnelle auprès de diverses sources objectives, dont le Bureau européen d’appui en matière d’asile, le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies, des organisations internationales de défense des droits de l’homme, des organisations non gouvernementales, ainsi que la littérature spécialisée et les médias. Pour définir sa politique, le commissaire général ne se fonde donc pas exclusivement sur les COI Focus publiés sur le site du CGRA, qui ne traitent que de certains aspects particuliers de la situation du pays. Le fait qu’un COI Focus date d’un certain temps déjà ne signifie donc pas que la politique menée par le commissaire général ne soit plus d’actualité.

 

Pour examiner une demande d’asile, le commissaire général tient non seulement compte de la situation objective dans le pays d’origine à la date de la décision mais également de la situation individuelle et des circonstances personnelles du demandeur. Chaque demande d’asile est examinée au cas par cas. Le demandeur d’asile doit montrer de manière suffisamment concrète qu’il éprouve une crainte fondée de persécution ou court un risque réel d’atteintes graves. Il ne peut donc se contenter de renvoyer à la situation générale dans son pays mais doit également présenter des faits concrets et crédibles le concernant personnellement.

Pour ce pays, il n’y a pas une note de politique de traitement disponible sur le site web.

Land: 
Albanie

Nouvelle adresse CGRA