La situation sécuritaire à Bagdad

Landeninfo / La situation sécuritaire à Bagdad
Français

Le présent COI Focus dresse un état des lieux de la situation sécuritaire à Bagdad. Les recherches concernent plus particulièrement la période allant de septembre 2017 à mi-mars 2018 et ont été effectuées du 1 au 26 mars 2018. Ce document remplace la version précédente datée du 25 septembre 2017.

Après la période des années 2014 à 2016, où le niveau de la violence dans la ville et la province de Bagdad est resté stable, avec de nombreux attentats faisant chaque mois plusieurs centaines de morts et des blessés, on observe depuis fin 2016-début 2017 une nette tendance à la baisse du nombre des attentats et des victimes.

Il n’en reste pas moins que l’EI est toujours actif à Bagdad, où il continue de commettre des attentats à la bombe. Toute la capitale et les territoires environnants sont régulièrement confrontés à des voitures piégées, à des ceintures d’explosifs et à des explosifs dissimulés en bordure de route. Malgré les importantes mesures de sécurité prises par l’armée, la police et les milices, ces attentats font toujours des victimes dans la population civile. Le nombre de victimes d’attentats et d’autres formes de violence, qui est resté stable en 2015 et 2016 (près de 300 morts et 700 blessés par mois), a amorcé une forte baisse depuis la fin 2016, jusqu’à un niveau jamais vu depuis 2012. Le nombre d’incidents violents a diminué dans toutes les catégories : moins de voitures piégées, moins d’IED et également moins d’assassinats liés au conflit. Cette tendance s’est poursuivie durant toute l’année 2017 et dans les premiers mois de 2018.

La province de Bagdad se trouve sous le contrôle du gouvernement irakien et de ses services de sécurité mais les milices chiites, présentes en force, y exercent actuellement un pouvoir important. Ces milices, qui font officiellement partie des ISF et opèrent sous l’égide des PMU, participent aux contrôles de sécurité et au maintien de l’ordre à Bagdad. Cela suscite, surtout chez la minorité sunnite, la méfiance et la crainte d’une reprise de la guerre civile de 2006-2007. La majorité chiite fait davantage confiance aux milices qu’aux policiers, considérés comme corrompus. Les milices prennent part à la chasse aux cellules terroristes dormantes, contribuent au maintien de l’ordre et surveillent les quartiers chiites. Elles utilisent parfois la manière forte et des cas d’arrestations, de mauvais traitements et de disparitions de civils sont rapportés. Les milices ne rendent aucun compte aux autorités bien qu’elles soient officiellement sous le commandement de celles-ci. Les plus importantes de ces milices chiites, dont certaines sont en réalité contrôlées par l’Iran, représentent clairement une force politique à Bagdad. Des cadavres sont régulièrement trouvés dans les rues de la capitale, mais il est souvent impossible d’identifier les coupables car des bandes criminelles et des miliciens agissant pour leur propre compte sont également actifs dans la ville et commettent le même type de crimes, notamment des enlèvements de civils contre rançon.

A Bagdad, les sunnites courent un plus grand risque que les chiites d’être victimes des milices chiites. Grâce à leurs victoires militaires contre l’EI, ces milices ont encore accru leur influence et entendent à présent tirer un bénéfice politique de leur position de force.

L’on n’observe pas de variations géographiques nettes dans la répartition de la violence, qui touche toute la ville. Aucun quartier n’est épargné par les attentats. Il en va de même pour les territoires environnants.

La province de Bagdad compte près de 144.000 personnes déplacées internes. La plupart proviennent de régions qui se trouvaient sous le contrôle de l’EI, ou dans lesquelles les forces gouvernementales et les PMU ont affronté l’EI. La majorité de ces IDP sont hébergés dans des familles d’accueil ou louent un logement mais leur situation financière est souvent précaire et ils doivent faire appel à l’aide humanitaire. Presque tous les IDP ont indiqué qu’ils souhaitaient regagner leurs foyers dès que la situation le permettrait. L’on observe un retour des IDP vers les villes et régions reprises à l’EI, ce qui a fait considérablement baisser leur nombre à Bagdad, car peu de nouveaux IDP arrivent encore dans la capitale. Les combats entre les ISF et l’EI ont pris fin, et un faible nombre de personnes nouvellement déplacées arrivent encore à Bagdad.

L’impact de la violence sur la vie quotidienne des habitants de Bagdad est varié. Les déplacements sont rendus plus difficiles à cause des postes de contrôle (dont le nombre diminue toutefois progressivement), mais Bagdad est une métropole qui continue de fonctionner en dépit de l’insécurité et d’infrastructures souvent défaillantes. La ville n’est pas assiégée par l’EI, l’approvisionnement en biens de première nécessité est assuré à tout moment et les voies de communication sont ouvertes (y compris l’aéroport international). Il n’en demeure pas moins que la situation économique s’est tellement dégradée à cause des revenus fiscaux moins élevés que prévu, des dépenses occasionnées par la guerre et de la désorganisation de l’économie suite au déplacement de plus de deux millions de personnes, que le mécontentement s’est fortement accru au sein de la population. De nombreuses manifestations ont lieu contre l’incapacité du gouvernement à améliorer les infrastructures, mais surtout contre la corruption omniprésente.

Les écoles et les universités sont ouvertes et des soins de santé sont disponibles, même si ce dernier secteur est sous pression.

En juin 2016, Falluja a été reprise à l’EI et en octobre 2016, les ISF ont lancé leur offensive sur Mossoul, qui a été reprise en juillet 2017, suivie par Tall Afar quelques semaines plus tard. Les territoires encore aux mains de l’EI dans les provinces d’Anbar, Ninewa, Salah al-Din et Kirkouk ont été repris au cours des mois suivants. Le risque de voir Bagdad tomber aux mains de l’EI est complètement écarté depuis le début de 2018.

Le califat proclamé par l’EI n’existe plus en Irak mais la disparition de cet acteur accroît l’incertitude politique dans le pays. L’Irak entre à présent dans une nouvelle phase et les conflits entre le gouvernement central et le gouvernement autonome kurde (Kurdistan Regional Government, KRG), mais aussi entre différents groupes au sein de la majorité chiite, réapparaissent sur le devant de la scène. En témoigne notamment la reprise en main par le gouvernement central, en octobre 2017, des régions revendiquées par les Kurdes.

Les victoires de l’armée irakienne et des PMU représentent une aubaine pour le gouvernement Abadi, mais du fait de la disparition de l’ennemi commun représenté par l’EI, les dissensions politiques entre les différentes forces en présence à Bagdad se manifestent plus ouvertement.

Politique de traitement

En raison d’une augmentation des actes de violence et des actes terroristes, la situation en Irak s’est détériorée depuis le printemps 2013 en ce qui concerne la sécurité et les droits humains. L’offensive terrestre menée en Irak par l’EI depuis juin 2014 a produit une nouvelle escalade de la violence et plongé le pays dans un conflit armé interne meurtrier. Les parties en conflit visent également des civils pour des raisons ethniques, religieuses ou politiques.

Au cours de l’année 2015, la pression mise sur l’EI a été de plus en plus grande dans plusieurs régions d’Irak. Les troupes irakiennes, les milices chiites et les peshmergas kurdes ont réussi à chasser cette organisation des zones qu’elle avait conquises. En 2016, l’EI a poursuivi son repli et de grandes parties du territoire sous son contrôle ont été reprises par les troupes régulières. La reprise des zones occupées par l’EI a eu un impact manifeste sur les conditions de sécurité en Irak dans leur ensemble. La diminution des violences se poursuit en 2017.

Il ressort des informations disponibles que le niveau de la violence, l’impact de la violence terroriste et les conséquences de l’offensive de l’EI varient toujours fortement d’une région à l’autre. Cette variation importante caractérise également la situation en matière de sécurité et de droits humains en Irak.

Land: 
Irak

Contact

Pour les demandeurs d’asile

WTC II

Boulevard du Roi Albert II, 26 A
1000 Bruxelles

Pour les visiteurs

WTC II

Boulevard du Roi Albert II, 28-30
1000 Bruxelles

Vous cherchez des informations plus spécifiques en matière de « contact » ? Toutes les coordonnées de contact se trouvent sous « Contact  ».