Landinfo Report. Reactions against deserters and draft evaders

Français

Syrian males who do not show up for compulsory military service risk being listed as wanted by the government. Security forces are actively searching for draft evaders in government controlled areas. Those caught are in most cases dispatched directly to the military, but in some cases additional punishment is meted out. During the first years of the civil war, tens of thousands of soldiers and officers deserted. Deserters are treated in the same fashion as other opposition activists and risk being killed or jailed and subjected to torture if caught. Family members of deserters have in some instances been arrested or put under pressure. A number of amnesty decrees have been issued for deserters and draft evaders. These amnesties also cover some of the men left behind in opposition areas that have concluded local truce agreements with the government. These men are forced to enrol in the military, but are in most cases not subjected to other punishment.

Politique de traitement

La politique définie par le commissaire général se fonde sur une analyse approfondie d’informations récentes et détaillées sur la situation générale dans le pays. Ces informations ont été recueillies de manière professionnelle auprès de diverses sources objectives, dont le Bureau européen d’appui en matière d’asile, le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies, des organisations internationales de défense des droits de l’homme, des organisations non gouvernementales, ainsi que la littérature spécialisée et les médias. Pour définir sa politique, le commissaire général ne se fonde donc pas exclusivement sur les COI Focus publiés sur le site du CGRA, qui ne traitent que de certains aspects particuliers de la situation du pays. Le fait qu’un COI Focus date d’un certain temps déjà ne signifie donc pas que la politique menée par le commissaire général ne soit plus d’actualité.

Pour examiner une demande d’asile, le commissaire général tient non seulement compte de la situation objective dans le pays d’origine à la date de la décision mais également de la situation individuelle et des circonstances personnelles du demandeur. Chaque demande d’asile est examinée au cas par cas. Le demandeur d’asile doit montrer de manière suffisamment concrète qu’il éprouve une crainte fondée de persécution ou court un risque réel d’atteintes graves. Il ne peut donc se contenter de renvoyer à la situation générale dans son pays mais doit également présenter des faits concrets et crédibles le concernant personnellement.

Pour ce pays, il n’y a pas une note de politique de traitement disponible sur le site web.

Land: 
Syrie

Nouvelle adresse CGRA