Veiligheidssituatie (addendum)

Français

Le présent COI Focus est un addendum au COI Focus Venezuela. Situation sécuritaire du 4 avril 2019. Les derniers développements survenus au Venezuela y sont mis en lumière, en particulier  la tentative de coup d’Etat du 30 avril 2019. Les conséquences politiques de cet échec pour l’opposition emmenée par Juan Guaidó et pour le régime du président Nicolás Maduro y sont également décrites. Ce COI Focus passe également en revue des informations récentes sur des violations des droits de l’homme au Venezuela.

La période couverte par ce COI Focus va jusqu’au 14 juin 2019.

Le 30 avril 2019, une tentative de déposer le président Nicolás Maduro en appelant l’armée à se joindre à l’opposition échoue. Cet échec affaiblit la position du leader de l’opposition, Juan Guaidó, et de ses partisans. La répression des figures de l’opposition s’intensifie. Des manifestants hostiles au gouvernement, des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes sont également visés par les autorités du Venezuela et leurs agents. Les pourparlers entre des représentants du régime de Maduro et de l’opposition pour sortir de l’impasse politique n’ont donné aucun résultat et sont à l’arrêt.

Politique de traitement

La politique définie par le commissaire général se fonde sur une analyse approfondie d’informations récentes et détaillées sur la situation générale dans le pays. Ces informations ont été recueillies de manière professionnelle auprès de diverses sources objectives, dont le Bureau européen d’appui en matière d’asile, le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies, des organisations internationales de défense des droits de l’homme, des organisations non gouvernementales, ainsi que la littérature spécialisée et les médias. Pour définir sa politique, le commissaire général ne se fonde donc pas exclusivement sur les COI Focus publiés sur le site du CGRA, qui ne traitent que de certains aspects particuliers de la situation du pays. Le fait qu’un COI Focus date d’un certain temps déjà ne signifie donc pas que la politique menée par le commissaire général ne soit plus d’actualité.

Pour examiner une demande d’asile, le commissaire général tient non seulement compte de la situation objective dans le pays d’origine à la date de la décision mais également de la situation individuelle et des circonstances personnelles du demandeur. Chaque demande d’asile est examinée au cas par cas. Le demandeur d’asile doit montrer de manière suffisamment concrète qu’il éprouve une crainte fondée de persécution ou court un risque réel d’atteintes graves. Il ne peut donc se contenter de renvoyer à la situation générale dans son pays mais doit également présenter des faits concrets et crédibles le concernant personnellement.

Pour ce pays, il n’y a pas une note de politique de traitement disponible sur le site web.

Land: 
Venezuela
Nouvelle adresse CGRA